Le décès de Paul Sobol

 
C’est avec une grande tristesse que nous apprenons le décès de Paul Sobol, l’un des derniers survivants d’Auschwitz, l’un des derniers « passeurs de mémoire ».

Paul Sobol était né à Paris le 26 juin 1926. Ses parents de nationalité polonaise, Rywen Sobol et Marie Szmulewicz, se sont installés en Belgique, à Bruxelles en 1927. Rywen exerçait les métiers de tanneur et de fourreur. Paul a une sœur, Bela, née en 1928, et un frère, David, né en 1930. L’aîné, Bernard, né en 1922, meurt d’une appendicite en mars 1940.

En 1940, au moment de l’invasion allemande, la famille vit rue de Bodeghem, dans un quartier populaire de Bruxelles. Après l’ordonnance nazie qui impose à tous les Juifs de porter l’étoile jaune et après la grande rafle de Bruxelles du 3 au 4 septembre 1942, la famille passe dans la clandestinité. Paul Sobol emprunte une nouvelle identité : il se nomme désormais Robert Sax. Il distribue des journaux clandestins.

Mais tout bascule le 13 juin 1944. La famille est arrêtée après avoir été dénoncée aux nazis. Elle est amenée à la Caserne Dossin le lendemain. Paul et les siens restent internés dans ce camp de rassemblement jusqu’au 31 juillet 1944, date à laquelle tous embarquent à bord de wagons à bestiaux du convoi XXVI. Le dernier transport juif à destination d’Auschwitz-Birkenau.
 
sobol-(1).png
La liste de déportation sur laquelle est inscrite la famille Sobol – Source : AGR/AVG

Paul emporte avec lui, comme ultime souvenir, une petite photo de Nelly Vandepaer, son amie, son amour. Pendant tout son parcours de déporté, il parvient à la conserver, comme un fil qui le raccroche à l’espoir et à la vie.    
 
 sobol.jpg
Paul Sobol montrant le portrait de Nelly - Source : UN Photo/Antoine Tardy
 
À l’arrivée à Auschwitz-Birkenau, Paull est sélectionné pour travailler dans le camp de concentration. Désormais identifié par le matricule B 3 635, il devient l’un des forçats de l’extermination pour le travail.

En janvier 1945, Paul fait la marche de la mort qui l’amène le 21 janvier à Gross-Rosen. De là, il est envoyé en wagons fermés à Dachau le 28 janvier, puis le 22 février 1945, à Mühldorf, l’un des Kommandos de Dachau. Profitant d’un bombardement de ce camp annexe, il s’en évade le 25 avril 1945. Des prisonniers de guerre français prennent soin de lui, jusqu’à sa libération le 1er mai 1945 par les troupes américaines, il est rapatrié le 19 mai 1945. Sa sœur compte également parmi les survivants.

sobol-(2).png
Paul Sobol après son rapatriement en Belgique – Source : AGR/Dossier Police des Étrangers
 
Son père meurt à Theresienstadt en 1945. Épuisée, sa mère succombe à Bergen-Belsen, emportée par le typhus. Son frère cadet, David, né en 1930, meurt pendant une marche de la mort. Les dates exactes de leur décès sont inconnues.

Rentré en Belgique, Paul possède toujours la photo de sa bien-aimée, qu’il retrouve. Et Nelly n’a pas cessé de penser à lui. En 1947, Paul et Nelly se marient. Ils ont deux enfants.

sobol-(1).jpg
Paul Sobol et ses deux enfants – Source : VRT
 
Il fait carrière comme publicitaire et parvient à créer sa propre agence. Il pratique la plongée sous-marine, c’est sa passion.

Mais surtout, à partir de 1987, il a consacré une grande partie de son temps à témoigner pour les jeunes et les moins jeunes. D’école en école, il a travaillé jusqu’au bout à mettre en garde notre jeunesse contre les dangers des idéologies radicales. Il accompagnait les groupes de la Fondation Auschwitz et d’autres organisations lors des voyages à Auschwitz-Birkenau.
 
sobol-(2).jpg
En 2010, Paul Sobol a publié son témoignage « Je me souviens d’Auschwitz », aux Éditions Racine - Source : http://david-kyriakidis.com/
 
Paul était un excellent témoin. Il ne relatait que ce qu’il avait vu ou vécu. Son apport à l’histoire de la Shoah et à la mémoire de cette sombre période était essentiel. Nous regrettons terriblement la disparition de Paul, qui était et demeure un Mensch à nos yeux et dans nos cœurs.

paul.jpg
Paul Sobol lors de l’enregistrement de l’émission « Kinderen van de Holocaust » – Source : VRT
 
Inlassable porteur de mémoire, Paul Sobol est mort hier d’une rupture d’anévrisme. Nous présentons nos plus sincères condoléances à sa famille, ses amis et à ses proches.
 
Pour l’écouter encore :
Partie 1 : https://www.youtube.com/watch?v=POzBQTQaOZ0&feature=emb_title
Partie 2 : https://www.youtube.com/watch?v=ISf5e2IOcew&feature=emb_rel_end