Nouvelle exposition #FakeImages

 
 Barbara Porteman | barbara.porteman@kazernedossin.eu |+32 (0) 486 580 503

#FakeImages

La nouvelle exposition #FakeImages sera présentée jusqu’ au 7 décembre 2021. Cette exposition est basée sur la collection d’ Arthur Langerman, survivant belge de la Shoah et collectionneur de la plus vaste collection de dessins, affiches et objets antisémites en Europe.  #FakeImages présente des images antisémites à travers les siècles mais expose également les mécanismes ayant un impact sur nos concepts actuels et sur notre société. Le visiteur apprend, dans quatre espaces interactifs et à partir d’exemples actuels, comment déconstruire des mécanismes permanents tels que les stéréotypes, les préjugés, le racisme, la tromperie  et l’humour.

La collection d’Arthur Langerman est unique
La collection d’Arthur Langerman comprend plus de 8.100 pièces originales provenant principalement d’Europe. Elle a été confiée au Centre pour la recherche sur l’antisémitisme de l’Université Technique de Berlin. Les archives  Arthur Langerman pour la recherche sur l’iconographie antisémite (ALAVA) sont à présent disponibles pour la recherche et des expositions.
Fin mars 1944, l’occupant arrête la famille Langerman à Anvers. Leur fils Arthur n’est pas encore âgé de deux ans lorsqu’il est placé dans  un orphelinat à Uccle, la Pouponnière. Les parents d’Arthur sont déportés par le transport XXV le 19 mai 1944 vers Auschwitz-Birkenau.  Son père meurt en février 1945 et Arthur retrouve sa mère après son retour. Traumatisée, elle s’enferme dans le silence, les secrets et la douleur.  Une situation qui marquera Arthur à jamais. Avec le procès Eichmann en 1961, Arthur Langerman prend conscience du mal radical et exceptionnel dont ont été victimes sa famille et les Juifs d’Europe. C’est le point de départ de sa collection.

Une exposition historique et actuelle
Pour élaborer l’exposition  #FakeImages, Kazerne Dossin a procédé à une sélection au sein de cette vaste collection. Ainsi, l’exposition fait découvrir l’évolution de l’antisémitisme au cours du temps, des cartes postales aux affiches, mais montre également que l’antisémitisme et d’autres formes de discrimination et d’exclusion posent encore problème à l’heure actuelle. Le volet actuel  couplé à la collection historique montre les mécanismes qui se cachent derrière ces phénomènes sous la forme d’installations interactives, vidéos,…
La scénographie a volontairement fait le choix de ne pas donner un statut d’œuvre d’art aux images antisémites qui sont présentées. Les pièces sont exposées dans des vitrines proches du sol, sur de courts chevalets ou à plat sur des tables. Les volets actuels dans lesquels les mécanismes sont expliqués, se distinguent en rouge vif pour inciter le visiteur à l’action et faire clairement la différence avec le volet historique.

Gérer l’impact des images
L’exposition propose un aperçu du passé mais souhaite également confronter le visiteur à l’impact de l’imagerie actuelle. Quelle est ma réaction face à des images racistes ou discriminatoires ? Quel est l’impact de la propagande dans ma perception ? Quand y a-t-il lieu de rire ? L’exposition propose des repères concrets pour aider les visiteurs à réfléchir et à apporter une réponse à ces questions.
 
L’exposition est ouverte au public à partir du 28 janvier et sera visible jusqu’au 7 décembre 2021. Kazerne Dossin respecte toutes les mesures liées à la crise sanitaire afin de garantir une visite en toute sécurité. Les visites guidées ne sont pas possibles pour le moment mais les visiteurs peuvent venir accompagnés des personnes faisant partie de leur bulle.

Contact presse
Barbara Porteman
barbara.porteman@kazernedossin.eu
+32 486 58 05 03
Goswin de Stassartstraat 153, 2800 Mechelen
 

Kazerne Dossin est un musée, mémorial et centre de recherche sur l’Holocauste et les Droits humains. Kazerne Dossin prend pour point de départ le récit historique de la persécution des Juifs et de l’Holocauste en relation avec le cas belge, pour analyser les phénomènes actuels de racisme et d’exclusion de groupes de population et la discrimination. Kazerne Dossin souhaite également analyser la violence de groupe en société, comme une étape possible vers les génocides. Ainsi appréhendé, ce musée conduit de façon fondamentale à un projet éducatif citoyen où la citoyenneté, les valeurs démocratiques et la défense des libertés individuelles occupent une place centrale .

 

Pouvons-nous attirer votre attention sur l’utilisation de la terminologie :
  • Utilisez le nom « Kazerne Dossin » (sans article) en référence au musée et à l’organisation
  • Si vous souhaitez vous référer au lieu historique pendant la Deuxième Guerre mondiale, utilisez le nom « Caserne Dossin ».
     

Images