PUBLICATIons


 

DRANCY-AUSCHWITZ 1942-1944


Herman Van Goethem, Patricia Ramet (eds.) Drancy-Auschwitz 1942-1944. Joden uit België, gedeporteerd via Frankrijk. Juifs de Belgique, déportés via la France. Jews from Belgium, deported via France, Bruxelles, ASP, 397 pp.
 
Contributions de Herman Van Goethem, Laurence Schram, Dorien Styven, Alexandre Doulut
 
Préfaces de Maître Serge Klarsfeld et de M. Sven Gatz, Ministre flamand de la Culture, des Médias, de la Jeunesse et de Bruxelles
 
Le 10 mai 1940, l’Allemagne envahit la Belgique. Dans les jours qui suivirent, les autorités belges procédèrent à l’internement des Allemands habitant et résidant en territoire non occupé. La Sécurité d’Etat arrêta également des Belges pronazis, ainsi que des communistes, considérés comme un danger potentiel dans le contexte d’une guerre avec l’Allemagne. Ce qu’on ne sait pas assez, c’est que le plus grand nombre d’arrestations  - et de loin, concerna les Juifs ayant fui l’Allemagne nazie dans les années 1930 ! Parmi eux se trouvaient nombre d’Allemands et d’Autrichiens, outre des Hongrois, des Polonais et ainsi de suite. La Belgique n’avait apparemment fait aucune distinction…C’est ainsi que des milliers d’individus considérés comme un “danger pour l’Etat” furent déportés par train vers des camps dans le Midi de la France. Au cours de l’été 1940, après la défaite, on assista en France à la libération des Belges de tendance fasciste  qui y étaient internés, ainsi que de nombreux Allemands. Mais cette mesure ne fut pas étendue  aux Juifs arrêtés en Belgique : ils passèrent d’un camp à l’autre et de 1942 à 1944, ils furent déportés depuis le camp de transit de Drancy près de Paris vers Auschwitz-Birkenau, où s’ensuivit  l’extermination de masse.
 
Drancy-Auschwitz 1942-1944. Juifs de Belgique déportés via la France retrace le sort de ces déportés juifs depuis mai 1940. Leur destin se confond avec celui des Juifs qui fuiraient la Belgique en 1940-1942, dans l’espoir d’échapper à leur sort via la Suisse et d’autres pays. Au total, depuis mai 1940, 10.000 Juifs provenant de Belgique aboutirent en France. Entre 1942 et 1944, quelque 5.700 d’entre eux furent déportés de manière certaine depuis Drancy, et environ 150 à partir d’autres camps d’internement. Pratiquement personne n’en revint vivant en 1945. Leurs noms ont été oubliés, leur visage s’est estompé. Drancy-Auschwitz restitue leur histoire, leurs noms, leurs portraits. Dans cet ouvrage,  l’équipe de recherche de Kazerne Dossin ne publie pas moins de 4.177 photos retrouvées.
 
Drancy-Auschwitz 1942-1944 constitue la suite  des quatre volumes de Mecheln-Auschwitz 1942-1944, parus en 2008. Dans cette publication qui a fait date, on ne retrouve pas moins de 18.522 portraits de personnes déportées entre 1942 et 1944 depuis la caserne Dossin à Malines. Nulle part ailleurs n’ont été retrouvées autant de photos de Juifs déportés. Elles proviennent principalement des dossiers de la police belge des étrangers. A la différence d’autres pays, la plupart des Juifs en Belgique étaient en effet des étrangers : 90% d’entre eux étaient des immigrants. Drancy-Auschwitz 1942-1944 se fonde également en grande partie  sur l’exploitation des archives de la police belge des étrangers et se situe dans le prolongement de la thématique  propre à  Kazerne Dossin : la persécution des Juifs en Belgique occupée.
 
Drancy-Auschwitz 1942-1944 constitue une nouvelle avancée majeure dans l’histoire de la persécution des Juifs en Belgique, vue cette fois depuis la France voisine et a d’ailleurs été réalisé en collaboration avec le Mémorial de la Shoah à Paris. Ce récit belge sur le camp français de Drancy a été préfacé par Serge Klarsfeld
 

Commander au shop du musée ou 
Expédition en Belgique: + 6,90 euros.  Expédition en France: +16,40 euros.