5.03 - 25.10 | Unsung Heroes



Unsung Heroes : Une ode à des héroïnes méconnues

Isabelle Hupert, Robert De Niro, Emmanuel Macron: les célébrités qui ont été immortalisées par Denis Rouvre ne se comptent plus… 3 fois lauréat du World Press Photo Award, le photographe est connu pour ses portraits lisses et sans accroc. Le contraste avec Unsung Heroes, ce nouveau projet photographique est d’autant plus frappant.
 
Pendant un an, le photographe a accompagné Médecins du Monde dans ses projets humanitaires de la Bulgarie, au Népal en passant par la Palestine, à la rencontre d’héroïnes méconnues. Elles ne s’appellaient pas Vanessa Paradis mais Rajwa, Sofia et Bettina.  Unsung Heroes est une ode aux femmes courageuses qui mènent des luttes quotidiennes dans l’ombre pour plus de justice, d’équité et de dignité. Denis Rouvre, avec Médecins du Monde leur donne un visage et une voix. Le photographe a réalisé 60 portraits au total. L’exposition a démarré en automne 2019 en France et sera installée au printemps 2020 en Belgique, à la Kazerne Dossin de Malines.

----

« Dès les premiers portraits en Bulgarie, c’est le choc. La rencontre avec les femmes de la communauté rom. Elles sont condamnées à se marier et à enfanter dès l’adolescence dans l’enceinte crasseuse d’un ghetto. Violence et pauvreté extrême. Violence morale, éprouvée par les déracinées syriennes et palestiniennes. Violence sexuelle, exercée sur les femmes au Congo ou en Colombie. Violence domestique, viols collectifs, barbarie. Jusque dans nos capitales européennes où des femmes abusées, exploitées, acculées par la précarité se heurtent au rejet et à la haine.
Depuis trente ans, j’ai photographié de nombreuses femmes en représentation. Elles attendaient de moi une image contrôlée, lisse, sans accroc. Ici, avec les Unsung Heroes, ces héroïnes méconnues que j’ai rencontrées, ce sont les ombres qui entrent dans la lumière. Des bleus et des fêlures à la surface de la peau, dans le creux des yeux. Ce sont les voix, les mots, le timbre authentique de l’expérience intime de la violence qui s’expriment. Pour dire la souffrance particulière vécue par les femmes. Pour dire aussi la force d’être femme. La capacité à se relever et à se battre, encore. »

        - Denis Rouvre, photographe. 

 

BASANTI, 29 ans, Népal 
Basanti, mutilée à vie suite à une attaque à l’acide. « J’étais en chemin de retour du marché vers la maison, quelqu’un m’a attaquée par derrière et m’a jeté de l’acide sur la tête. Je ne sais toujours pas pourquoi…Depuis, la peur ne me quitte plus. Avant, je n’avais peur de rien, j’allais, je venais, je parlais aisément à tout le monde. Il faudrait ouvrir un foyer où l’on prendrait soin des femmes qui ont été amochées pour toujours et expliquer aux gens qu’il n’y a pas que la beauté physique qui compte. »

Basanti-Nepal.jpg
 

Sanu Nani, Népal
Sanu travaille dans une décharge à ordures de Katmandou au Népal et vit dans une grande précarité.  “Il faut toujours faire très très attention et bien se protéger. On ne sait jamais ce qui va survenir, il y a du verre, des débris, on trouve des aiguilles aussi. Le bulldozer et le bruit incessant des machines me font peur. Je travaille 22 jours par mois pour 500 roupies (6 euros). Même ici, ce n’est pas beaucoup. Mais j’ai des idées et des rêves d’avenir: je voudrais ouvrir un petit commerce. On peut rêver même dans une décharge. 

Sanu-Nani-Nepal-(1).jpg
 

Diana,  Kenya
Diana est lesbienne et a été confrontée à la violence sexuelle et à de la discrimination.
 
“La rumeur que j’étais homo courait déjà. Un garçon de ma classe me faisait des avances depuis longtemps, mais je l’ignorais. Finalement, il m’a violée pour ‘corriger’ ma sexualité.’”

Lire le témoignage complet

UH-600x400-(1).jpg
 

SHREY, Inde 
Shreya est une personne transgenre et doit se battre pour construire sa vie de femme.
 “Après mon opération, j’ai obtenu mon diplôme et j’ai cherché un emploi. Lors des entretiens d’embauche, on me posait toujours des questions sur mon genre, on voulait me voir nue : est-ce que j’avais un pénis ou un vagin ? J’ai compris que l’éducation était l’arme la plus puissante pour changer mon monde. Aujourd’hui, je travaille pour la plus ancienne association LGBTI d’Asie-Pacifique. J’accompagne beaucoup de femmes trans de la nouvelle génération. Ce que j’ai vécu, je ne le souhaite à personne. »

Shreya-India.jpg
 
 

Expo photo Unsung Heroes

// 5 mars jusqu’au 25 octobre // Kazerne Dossin – Malines

Entrée gratuite

www.medecinsdumonde.be/unsungheroes
www.kazernedossin.eu
www.rouvre.com